AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le forum a ouvert ses portes le 11/11/13 I love you
Nous sommes en octobre 1352.

Partagez | 
 

 Estienne - Amour faict beaucoup, mais argent faict tout.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

SES MISSIVES ◮ : 27
COPYRIGHT ◮ : Mach'
DÉBUT DE SA FIN ◮ : 12/11/2013

MessageSujet: Estienne - Amour faict beaucoup, mais argent faict tout.   Mar 12 Nov - 16:12



Estienne Jehan Plessis

Chose que l'on dédaigne vaut bien mieux qu'on ne le croit.

nom ◮ Plessis, une famille ancrée depuis des temps immémoriaux dans le village de Richecombe. prénom ◮ Estienne, en souvenir de son grand-père, et Jehan, d'après son père. âge + date de naissance ◮ Vingt-neuf ans, né au début du printemps de l'an 1323. statut ◮ Marié depuis douze ans. allégeance ◮ Il a l'habitude de dire qu'il n'a pour ennemis que ceux qui ne règlent pas leurs dettes. Mais dans son for intérieur, il s'est fait partisan des Aigrepont, las de voir son commerce, soit disant protégé par les Rougepont, fragilisé par les attaques de la bête, qui repoussent les rares clients qui s'aventurent à Richecombe. Il espère que si les Rougepont sont renversés, la situation s'améliorera pour son échoppe. traits de caractère ◮ jovial, sympathique, accueillant, à l'image de tout tenancier qui souhaite voir son affaire prospérer. Mais c'est également un homme méfiant et roublard, hypocrite de surcroit. religion ◮ catholique, il suit le mouvement sans pour autant être un fervent pratiquant. métier ◮ Il est le tavernier de Richecombe. avatar ◮ Gethin Anthony. groupe ◮ Villageois.


que pensez-vous de la bête?


D’où vient-elle ? Quel mal avons-nous pu commettre pour nous attirer pareille malédiction ? Je ne prête pas oreille aux idées farfelues selon lesquelles cette bête serait une personne de notre village. Quand nous nous retrouvons dans la demeure de notre seigneur, personne ne manque à l’appel. Et si c’est le cas, c’est sa dépouille que la bête nous rend le lendemain. Mais il n’empêche pas que sa présence m’effraie. Je n’ai rien d’un chasseur, je laisse à d’autres le soin de la traquer. Je ne suis qu’un modeste tavernier, qui n’aurait pas la moindre chance face à elle. Et puis, pourquoi devrais-je risquer ma vie pour une créature qui me rebute, mais qui jusqu’à présent a épargné les miens ? Je suis de tout cœur avec ceux qui ont dû enterrer leur fils ou leur compagne à cause de sa soif de sang, et je comprends leur désir de justice, mais le sort a voulu qu’en ces instants je sois épargné. Tant que cela dur, je reste à ma place. Si demain l’un des miens tombe sous sa griffe, peut être alors aurais-je une motivation nouvelle à la voir périr au plus vite. En attendant, je fais ce que je fais de mieux : je quitte ma modeste demeure pour l’abri offert par notre seigneur, et je mets en garde mes clients qui oseraient défier la créature. Le reste n’est pas de mon ressort.
et des différentes familles?


Ces querelles sont lassantes pour tous. Une communauté aussi petite que la nôtre devrait être bien plus agréable à vivre. Les attaques de la bête blanche sont une menace bien suffisante pour ternir notre quotidien, ces familles devraient plutôt s’unir pour nous protéger. Nous voilà tous contraints de choisir notre camp, de prêter allégéance aux uns ou aux autres. Modeste tavernier, j’ai choisi de tourner le dos aux protecteurs des commerçants, les Rougepont. N’y voyez là aucune malice, je me garde bien de clamer haut et fort ma préférence pour leurs rivaux. Mais je pense que le prestige des Rougepont arrive à sa fin. Ils ne peuvent rien pour nous protéger de la créature. Il est temps de laisser à d’autres l’occasion de montrer que nous placer sous leur protection nous sera bénéfique. Quant aux Montpellier, ils auront toujours mon profond respect. Ils sont les seigneurs du village, ceux qui nous ouvrent leurs portes à la nuit tombée pour nous protéger de la bête. Au fond, la seule famille à laquelle nous pouvons véritablement nous fier par les temps qui courent.  

prénom/pseudo ◮ violaine. fréquence de connexion ◮ variable, disons 5/7. comment trouvez-vous le forum? des remarques? ◮ Je vous félicite pour le boulot, tant sur le fond que sur la forme. Le design est splendide et les annexes au rp très détaillées, un petit bijou!. un petit mot pour la fin? ◮ Tournée générale! . et le mot magique pour être protégé de la bête ?alix was here.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

SES MISSIVES ◮ : 27
COPYRIGHT ◮ : Mach'
DÉBUT DE SA FIN ◮ : 12/11/2013

MessageSujet: Re: Estienne - Amour faict beaucoup, mais argent faict tout.   Mar 12 Nov - 16:13

Povreté empesche les grands esprits qu’ils ne soyent eslevés

histoire« Estienne, escorte cet homme dehors. Il est trop ivre pour trouver la sortie tout seul. » Sans un regard pour son fils, Jehan Plessis avait donné ses ordres. Il s’en était retourné derrière son modeste comptoir, attrapant une écuelle sale pour l’essuyer avec un tissu qui n’était guère plus propre. Estienne s’était déjà relevé de la chaise qu’il occupait, sachant trop bien qu’il ne fallait pas faire attendre son patriarche, connu pour son impatience. Il tenait son affaire avec une poigne de fer, et demandait à ce que fils et épouse s’exécutent aussitôt les ordres donnés. Lorsqu’il fut à la hauteur du client, ce dernier s’écroula sur lui, une enivrante odeur d’alcool suivant chacun de ses gestes. Le jeune Estienne peina à rester sur ses pieds, le gaillard le dépassant d’une demie taille. Il glissa son bras autour de la taille de l’ivrogne, pour mieux supporter sa charge. Tant bien que mal, Estienne claudiqua en direction de la porte qui menait vers la cour principale. « T’es un bon gars, Estienne. Si tu m’aides à rentrer chez moi, je te donnerais une pièce en remerciement de tes services. » Le jeune garçon, qui ne recevait en travaillant pour son père que le gîte et le couvert – si son père estimait qu’il le méritait – s’empressa d’accepter l’offre. Ce client habituel, cet homme si généreux en cet instant, n’était pas l’un de ceux dont les paroles ne valent rien. Il était fortuné, autant que peut l’être un homme aisé face à ceux qui n’ont rien. Les Plessis étaient de cette dernière catégorie, gérant une taverne qui leur évitait les travaux des champs, mais qui apportait des revenus à peine plus importants. A chaque intempérie, ou quand les récoltes se faisaient trop infimes, les clients désertaient la taverne, conservant leur argent pour de plus importantes dépenses. Et cet homme qu’Estienne venait de secourir était un vigneron, du nom de Joseph Lebon. Un honnête homme qui gagnait bien sa vie, et qui dépensait une partie de ses revenus dans la boisson, dès lors qu’elle était forte et enivrante. Il vivait bien, comme tout bon vigneron. Estienne s’empressa donc de lui offrir ses services. Ils marchèrent longtemps, s’enfonçant dans la nuit noire en quittant tout à fait le village. Les Lebon vivaient un peu à l’écart, préférant garder un œil sur leurs vignes plutôt que sur les chaumières des voisins. Grand bien leur en prenait, ils avaient une affaire prospère et étaient l’une des rares familles à entretenir des relations commerciales bien au-delà du village.
Depuis l’extérieur, on pouvait apercevoir le timide éclairage de la maison. Malgré l’heure tardive, certains membres de la famille n’étaient toujours pas couchés. Peut-être attendaient-ils le retour du patriarche pour s’endormir l’esprit tranquille. Estienne et son fardeau n’avaient plus que quelques mètres à faire avant d’atteindre la lourde porte des Lebon. Mais celle-ci s’ouvrit avant qu’ils ne puissent l’atteindre. Une fine silhouette encapuchonnée se glissa dehors, bientôt suivie par deux jeunes hommes trapus qu’Estienne reconnu comme étant les deux fils ainés du vigneron. Ils adressèrent un bref salut au jeune homme avant d’attraper leur père qui se laissa lascivement porter jusqu’à l’intérieur. Ne restait plus qu’Estienne et Adélaïde, fille cadette du vigneron, celle-là même qui avait ouvert la porte quelques instants plus tôt. Sans un regard pour le jeune homme, elle s’apprêtait à se refermer la porte et retourner à ses occupations. « Ton père m’a promis une pièce pour le trajet » s’empressa aussitôt de dire Estienne, s’imaginant déjà sa précieuse récompense lui passer sous le nez. Adélaïde se figea un bref instant, avant de se retourner vers lui. Elle ôta son capuchon, laissant ses cheveux bruns tomber en cascade sur ses épaules. Elle avait beau être à peine entrée dans l’âge de l’adolescence, il n’y avait pas un jeune homme au village qui ne rêvait de passer une soirée en sa compagnie, tant sa beauté laissait sans voix. Pourtant, son visage d’ordinaire si doux s’était fait sévère en se posant sur Estienne. « Attends ici » dit-elle simplement avant de disparaitre dans l’embrasure de la porte restée entrouverte. Elle ne mit pas longtemps avant de réapparaitre, une pièce d’or dans la main. « Tu ne pourras pas dire que les Lebon ne payent par leurs dettes. » Estienne était conscient qu’à l’évidence, réclamer de l’argent pour un service aussi minime ne plaisait pas à Adélaïde. Mais la jeune fille mangeait à sa faim, ne connaissait pas le besoin autant qu’Estienne. Elle pouvait désapprouver sa conduite, mais lui ne comptait pas en changer pour autant, du moins tant que son père persisterait dans ses privations. Estienne se contenta donc de bredouiller quelques remerciements, tandis qu’Adélaïde claquait déjà la porte sur lui. Plongé dans la pénombre, Estienne glissa ses mains dans les poches de son vêtement, et repris sa route en sens inverse.


+++

Estienne ne savait pas pourquoi on lui avait intimé l’ordre de se rendre chez les Lebon. Il avait effectué ce trajet à de nombreuses reprises. Pour raccompagner l’un des hommes de la famille ivre après une soirée à la taverne, ou parce qu’on attendait de lui quelques menus services. Parfois, son père et lui allaient chez le vigneron pour lui acheter son vin le plus abordable. Un picrate infecte pour les connaisseurs, mais les gens du village avalaient n’importe quoi dès lors qu’ils pouvaient se l’offrir et s’enivrer à bas prix. Entre le tavernier et le vigneron, une relation amicale autant que commerciale s’était tissée au fil des années. A tel point que les Plessis avaient compté parmi les rares invités du village au mariage de la sœur ainée d’Adélaïde à un riche commerçant. Estienne avait eu l’occasion d’étrenner des habits qu’il n’avait jusqu’alors jamais cru porter un jour. Et qu’il ne porterait certainement pas avant longtemps. Il venait de fêter ses dix-sept ans, et savait que le prochain évènement auquel il assisterait serait assurément son propre mariage, beaucoup moins faste, à n’en pas douter.
Lorsqu’il arriva chez les Lebon, les hommes de la famille riaient à gorge déployée, installés sur des bancs disposés au dehors. Plus surprenant, son propre père se trouvait là, riant avec eux. « Estienne, nous t’attendions. » La voix rauque de son père, souvenir d’une maladie qu’il avait contracté l’année passée et qui avait laissé quelques stigmates, s’était élevée au-dessus des autres, imposant le silence. Il se tourna vers Joseph, dont le statut était plus important, et à qui il revenait donc d’annoncer ce qui allait suivre. « Mon garçon, comme tu le sais, nous avons marié notre fille ainée il y a quelques temps désormais. Et mes garçons sont passés sous l’autel il y a déjà un moment. Il ne me reste plus que ma douce Adélaïde. Sa dote est moindre, elle est la dernière de mes enfants. Et puisque je ne peux me résoudre à l’envoyer au couvent, il est temps de lui trouver un bon mari. » Estienne ne savait que trop bien où Joseph voulait en venir. Le fils du boulanger avait déjà tenté sa chance et demandé la main de la jeune fille à son père. Il avait essuyé un refus. Une rumeur courrait dans le village selon laquelle les demandes s’étaient multipliées, toutes soldées par un échec. Joseph ne donnerait pas sa plus jeune fille à n’importe qui. Il avait toujours eu une affection particulière pour Estienne, ce garçon qui rendait toujours service. Et la faible dote de sa fille faisait qu’il ne pouvait lui offrir un mariage aussi fructueux que celui de son ainée. A défaut de faste, il se contenterait d’un mari honnête. Jehan Plessis reprit la parole « Nous sommes arrivés à un accord. Tu épouseras Adélaïde, et nous achèterons du vin chez sa famille pour un prix avantageux. Quand je serai mort, la taverne et l’auberge vous reviendront à tous les deux. » Les patriarches avaient tranché, Estienne et sa promise n’avaient désormais plus grand-chose à dire. Il aurait pu refuser, mais il savait qu’il avait plus à perdre qu’à gagner. Adélaïde était une femme à la beauté envoutante, un parti que beaucoup allait lui envier. Qui plus est, si elle n’amenait ni lopin de terre ni meuble de belle facture dans sa dote, elle amenait un accord commercial qui faciliterait la vie des taverniers. Dans son dos, Estienne sentit une présence. Adélaïde venait d’apparaitre. Elle lui adressa un mince sourire en guise de salut, tandis que son père était reparti dans un rire tonitruant, se félicitant déjà de la noce à venir.


+++


« Adélaïde, nous ne pouvons plus rien faire. Nous devons partir, immédiatement. » Adélaïde était en larme, penchée sur le corps sans vie de sa fille. Une épidémie avait secoué le village, et l’unique enfant des Plessis venait d’être emportée par une terrible fièvre. Le curé avait rapidement procédé aux derniers sacrements. Mais le temps était compté, la nuit s’apprêtait à tomber. En voyant le corps inerte de Madeleine, Estienne était pris d’une immense tristesse. Mais il lui fallait revenir à la raison, et mettre sa femme à l’abri. Si la bête blanche venait à les trouver, s’en était fini d’eux. Il attrapa Adélaïde, lui glissant des mots réconfortants à l’oreille tandis qu’il parvenait avec difficulté à la séparer du corps de l’enfant. Adélaïde avait multiplié les fausses couches, et Madeleine avait fini par apparaitre, tel un miracle. Aujourd’hui, moins de trois ans après qu’elle ait vu le jour, Dieu avait décidé de la rappeler parmi les siens. A force d’insister, Estienne parvint à la faire quitter la chambre où reposait le corps de l’enfant. Il attrapa une fourche qu’il avait laissée dans un coin de la pièce principale, déjà prêt à partir pour gagner la maison du seigneur. Il savait qu’Adélaïde avait peur de ne pas retrouver le corps de son enfant au petit matin. Il partageait ses craintes, priant pour pouvoir offrir à sa fille une sépulture digne d’elle. Mais il ne pouvait emmener son petit corps meurtri par la maladie chez son seigneur. Il fallait se résoudre à laisser Madeleine derrière eux pour la nuit. A leur arrivée dans la demeure seigneuriale, le curé avait déjà fait part de la nouvelle. Les boucles brunes de la jolie Madeleine ne tournoieraient plus autour des tables de la taverne où elle accompagnait parfois sa mère, le midi, lorsque la clientèle était plus fréquentable. La nuit fut longue pour tous, et insupportable pour les Plessis. Estienne avait déjà enterré ses parents quelques années plus tôt, mais la douleur était bien plus insupportable à l’idée d’en faire autant avec sa propre fille.
Dès les premières lueurs de l’aube, les Plessis furent les premiers à retourner chez eux. Le petit corps n’avait pas bougé, à leur grand étonnement. Le curé, qui les avait accompagné, ne put réprimer ses paroles : « C’est comme si elle avait compris que la mort avait déjà fait son œuvre. » En silence, les Plessis acquiescèrent. Ils n’en dirent pas un mot, mais ils étaient soulagés. Madeleine ne serait pas l’un de ces corps décharnés qu’on découvrait à chaque lendemain de pleine lune. C’était là une maigre consolation face au deuil qui les touchait.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
« amour n'a point de loi »

SES MISSIVES ◮ : 135
COPYRIGHT ◮ : © purple haze.
DÉBUT DE SA FIN ◮ : 12/11/2013
LÀ OÙ IL EST ◮ : scierie Aigrepont
SON ÉMOTION ◮ : mitigé

MessageSujet: Re: Estienne - Amour faict beaucoup, mais argent faict tout.   Mar 12 Nov - 16:15

Bienvenue sur notre humble forum, messire (si vous êtes un messire Arrow)
Ça fait bien plaisir de voir le cast de game of thrones sur le forum tiens!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Estienne - Amour faict beaucoup, mais argent faict tout.   Mar 12 Nov - 18:58

Bienvenue  
Gethin  

Bonne chance pour finir ta fiche et n'hésites pas si tu as des questions  
Revenir en haut Aller en bas
avatar

SES MISSIVES ◮ : 27
COPYRIGHT ◮ : Mach'
DÉBUT DE SA FIN ◮ : 12/11/2013

MessageSujet: Re: Estienne - Amour faict beaucoup, mais argent faict tout.   Mar 12 Nov - 20:01

Merci à vous deux ! (et c'est une damoiselle qui se cache sous les traits d'Estienne, Antoine  )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Estienne - Amour faict beaucoup, mais argent faict tout.   Mar 12 Nov - 21:06

Oh ce que ton personnage a l'air intéressant   
Ce bon vieux jeune tavernier promet beaucoup je pense :beer:
Revenir en haut Aller en bas
avatar

SES MISSIVES ◮ : 27
COPYRIGHT ◮ : Mach'
DÉBUT DE SA FIN ◮ : 12/11/2013

MessageSujet: Re: Estienne - Amour faict beaucoup, mais argent faict tout.   Mar 12 Nov - 22:43

Merci beaucoup, ça mérite un verre gratuit, ça! en revanche je doute que ma modeste taverne abrite des femmes aussi bien nées
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
« L’amour fait passer le temps, le temps fait passer l’amour. »

SES MISSIVES ◮ : 150
COPYRIGHT ◮ : avatar (c) bombshell
DÉBUT DE SA FIN ◮ : 02/11/2013
LÀ OÙ IL EST ◮ : Couvent de Marcheclaire.
SON OCCUPATION ◮ : En attente d'un mari.
SON ÉMOTION ◮ : j'ai pêché, mon père.

MessageSujet: Re: Estienne - Amour faict beaucoup, mais argent faict tout.   Mar 12 Nov - 22:45

Je viens te souhaiter la bienvenue avec mon DC parce que je suis schizophrène, à toi de deviner qui se cache derrière ce beau visage quelque peu anachronique
Merci de ton inscription I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

SES MISSIVES ◮ : 27
COPYRIGHT ◮ : Mach'
DÉBUT DE SA FIN ◮ : 12/11/2013

MessageSujet: Re: Estienne - Amour faict beaucoup, mais argent faict tout.   Mar 12 Nov - 23:42

Ma foi, je pense que je ne prends pas trop de risques si je dis Antoine :sex: 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
« La folie, qui vous dit, allez vas-y, tu pleures ou tu ris »

SES MISSIVES ◮ : 292
COPYRIGHT ◮ : azryel
DÉBUT DE SA FIN ◮ : 09/08/2012
LÀ OÙ IL EST ◮ : Bordel de Val-les-Potences
SON OCCUPATION ◮ : En fuite
SON ÉMOTION ◮ : Promenons-nous dans les bois

MessageSujet: Re: Estienne - Amour faict beaucoup, mais argent faict tout.   Mer 13 Nov - 0:10

omfg le tavernier !!
Bienvenue à Richecombe I love you

_________________

    LA ROSA ENFLORECE
    ©️ ZIGGY STARDUST.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Estienne - Amour faict beaucoup, mais argent faict tout.   Mer 13 Nov - 0:25

Est-ce le début de la fin ?


Bienvenue à Richecombe jeune âme en perdition ! Avant toute chose, il y a quelques petits trucs que tu te dois de faire, mais ne t'inquiètes pas, nous allons te guider.
Tout d'abord, il faut que tu ailles recenser ton avatar, c'est indispensable. Une fois ça fait, tu peux aller créer ta fiche de lien et si ça te dit, ta fiche de rp.
Maintenant, il te faut un toit et un travail, on est d'accord ? Et bien, on a tout prévu, pour les métiers renseignes toi ici et et viens te recenser. Pour ta maison, c'est encore plus simple viens juste faire un tour sur ce sujet et si tu es coquet, tu peux même demander un rang personnalisé. Tu es presque un véritable habitant de Richecombe maintenant !
Bon jeu sur The Wolf's Teeth !

J'aime beaucoup ton personnage  
Juste une toute petite précision : les habitants de Richecombe ont fini par comprendre que la Bête ne frappait le village que les nuits de pleine lune, du coup le grand rassemblant chez le seigneur, c'est uniquement à la pleine lune, même si la plupart des gens évite de sortir à la nuit tombée, sait-on jamais.

Mais sinon c'est tout beau et je te valide avec plaisir, cher tavernier :beer: 
Et en plus t'es du côté des Aigrepont :48:
Revenir en haut Aller en bas
avatar

SES MISSIVES ◮ : 27
COPYRIGHT ◮ : Mach'
DÉBUT DE SA FIN ◮ : 12/11/2013

MessageSujet: Re: Estienne - Amour faict beaucoup, mais argent faict tout.   Mer 13 Nov - 0:30

Merci beaucoup ! Contente qu'il plaise, ce petit Estienne, ça fera plus de monde à la taverne!

J'ai du mal me faire comprendre pour la bête et la nuit, parce que j'ai bien lu que ça n'était que dans les nuits de pleine lune scratch 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Estienne - Amour faict beaucoup, mais argent faict tout.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Estienne - Amour faict beaucoup, mais argent faict tout.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE WOLF'S TEETH ◮ deep in the woods ::  :: LES AIMABLES SUJETS :: LE CAUCHEMAR COMMENCE-