AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le forum a ouvert ses portes le 11/11/13 I love you
Nous sommes en octobre 1352.

Partagez | 
 

 La lune pour seul témoin {Yseult}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
« amour n'a point de loi »

SES MISSIVES ◮ : 135
COPYRIGHT ◮ : © purple haze.
DÉBUT DE SA FIN ◮ : 12/11/2013
LÀ OÙ IL EST ◮ : scierie Aigrepont
SON ÉMOTION ◮ : mitigé

MessageSujet: La lune pour seul témoin {Yseult}   Sam 16 Nov - 1:39


la lune pour seul témoin
&& Yseult
« Mon fils, je te marierai même si c'est la dernière chose que je dois faire avant de mourir ! » s'était un jour exaspéré Jacques Aigrepont, ivre mort, avant de s'écrouler sur la table, laissant s'échapper un ronflement sonore et se maculant le visage de sauce et de sang. Il avait toujours aimé ses rôtis saignants. Ç'aurait pu s'en arrêter là. Antoine aurait pu rester l'éternel célibataire, le brave homme de la famille Aigrepont qui ne manquait jamais de sourire aux dames, de complimenter les damoiselles et d'offrir une poignée de main enthousiaste aux autres hommes. Malheureusement, en l'espace de quelques semaines, Antoine était devenu l'homme à marier, le nouveau défi de la ville ... Et il en avait vu défiler, des jupons. De toutes formes et de toutes couleurs, certains en dentelles, certains beaucoup trop courts, certains couverts de boue, certains abritant les jambes de femmes vieilles et édentées, certains au contraire cachant la délicatesse des mollets d'une jeune vierge effarouchée. Oh oui, il en avait vu. Autant de jupons que de coeurs brisés, puisque chaque prétendante avait été renvoyée chez elle avec un regard d'excuse Et on s'exaspérait, autour de lui. On se moquait de lui. On chuchotait qu'il se désignait à la fonction de prêtre et désirait rester chaste jusqu'à la mort. On gloussait entres amies qu'Antoine était eunuque, puisque seul un eunuque eut ignoré l'élégance et le charme de toutes ces femmes qui avaient parcouru parfois des kilomètres à pied dans l'espoir d'attirer son regard. On le disait ingrat. Après tout ce que son père a fait pour lui ! Mais Antoine avait un secret. Pas le plus infâme des secrets. Il n'était pas un sodomite, il n'était pas hérétique, Dieu l'en garde. Il aimait son père et voulait plus que tout le rendre fier de lui. Mais à la fin de la journée, sentant la sciure et la sueur, fatigué de plusieurs heures de travail dans l'entreprise familiale, la seule à occuper son esprit, l'unique femme dans sa vie, s'appelait Yseult.

Yseult n'était pas banale. Elle avait de grands yeux bleus et clairs, de longs cheveux noisettes qui venaient s'épanouir en pagaille sur ses épaules, une silhouette gracile et élancée. Mais plus que ses beaux atours et son visage attirant, ce qui avait séduit Antoine chez la jeune femme, c'était ce feu brûlant qu'il trouvait en elle, cette étincelle de vie, cette insolence et ces sourires ironiques qui l'emplissait de désarroi et avaient fait de lui son esclave aussi sûrement que des chaînes en fer l'eut attaché à un mur de prison. Certes, la métaphore était peu reluisante, mais que dire de plus, quand la femme qu'il aimait était mariée ? D'homme pieux, il était devenu l'amant, se glissant la nuit furtivement entre les draps de la belle pour quelques baisers volés, au nez et à la barbe du mari ignorant. D'homme bon, il était devenu le conspirateur, priant chaque nuit à Dieu que l'époux d'Yseult trouva la mort dans son lit par un quelconque coup du sort. Yseult ne serait jamais sienne, se lamentait-il parfois, s'accrochant toutefois à l'illusion d'un amour éternel qui les lierait dans la mort. Mais si le mari cocu ne semblait pas prêt de trépasser, Antoine avait tout de même la satisfaction de savoir que Blanche, la jolie et ravissante Blanche, du haut de ses deux ans, n'était autre que sa fille, l'enfant adultère de leurs ébats secrets. Faible consolation peut-être, puisqu'elle demeurerait à jamais sous le nom de Rochechouart, élevée par un père qui ne serait pas lui. Néanmoins, pas vraiment rancunier, Antoine versait régulièrement de l'argent à la famille pour s'assurer de la bonne éducation de la petite.

Telles étaient les sombres pensées d'Antoine, alors qu'il s'engageait en direction de l'Auberge. Les rues étaient bruyantes, en dépit de l'heure tardive. C'était un vendredi, et une caravane de vendeurs était arrivée d'Espagne, ces petits marchands ambulants provoquant souvent l'enthousiasme des Richecombois, fervents amateurs de nouveauté, eux qui n'y avaient que trop peu droit dans leur village éloigné de tout. C'était aussi l'occasion pour Antoine et Yseult de se retrouver à l'auberge pour profiter de quelques instants seuls, chose rare par les temps qui courraient. L'automne et ses vents glaciaux avaient heurté le mari d'Yseult durement, et il se trainait au lit depuis plusieurs jours, souffrant d'une forte fièvre et de toussotements incontrôlables. Heureusement, la toux du brave homme s'était calmée dans la soirée d'hier et il avait donné son feu vert à Yseult d'aller en ville afin d'acheter quelques broderies et tissus aux espagnols. Enfin, c'était la version officielle : Une servante apporterait au petit matin quelques articles pour renforcer son alibi, et en attendant, la jeune femme s'était vu offerte la possibilité de passer une nuit en ville, au grand bonheur de l'Aigrepont qui attendait cette opportunité depuis plusieurs semaines.

L'auberge en elle même était spartiate. Faite de vieux bois, elle craquait et grinçait de partout, et était réputée non pas pour son bon accueil et sa bonne cuisine, mais pour son patron désagréable qui avait découragé plus d'un visiteur de venir dormir dans son établissement. Fort heureusement, Antoine était un habitué. Il salua le vieux bougre d'un hochement de tête et posa les pièces sonnantes et trébuchantes sur le comptoir, arrachant un rare sourire de l'ermite. Une fois dans la chambre habituelle, à peine éclairée par deux bougies posées sur des coins de table, Antoine s'installa sur une chaise, attendant impatiemment l'arrivée de sa bien aimée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

La lune pour seul témoin {Yseult}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE WOLF'S TEETH ◮ deep in the woods ::  :: LES ÉCHOPPES-